HippoVino Hebdo

Voici les éditions précédentes de l'infolettre HippoVino Hebdo. Les vins et les infos vineuses de la semaine.

Inscrivez-vous pour recevoir HippoVino Hebdo chaque mercredi, c'est gratuit !

Twitter

Facebook

    Oui, je sais, plusieurs lecteurs seront surpris de ce titre, d’autant plus qu’on est habitués de voir les médias déblatérer sur notre monopole. On entend aussi tellement souvent des gens se plaindre du prix du vin au Québec, que vous vous demandez sans doute quelle mouche nous a piqués…

    En fait, nous venons simplement de prendre connaissance du classement des commerces de détail du Québec selon l’expérience client réalisé par le magazine Les Affaires. Tenez-vous bien, la SAQ est au 5ème rang sur 200, devant le quasi-légendaire David’s Tea. Superbe performance !

    Dans plusieurs pays européens, en France par exemple, la majorité du vin est vendu en épicerie. L’offre y est abondante, les prix bas et la qualité très variable. Certains supermarchés vendent plusieurs belles bouteilles de négociants ou producteurs connus que l’on retrouve sur les étalages de la SAQ ou qui pourraient y figurer sans aucune honte.

    Ici, nos supermarchés ou dépanneurs ont une offre extrêmement limitée. En dehors des vins du Québec, qui y sont vendus depuis le début de 2017, ce sont des vins importés en vrac et embouteillés ici. Un article récent de Radio-Canada prétend faire le tour de la question mais oublie de mentionner le point à notre avis le plus important, qui est aussi la principale raison pour laquelle ces vins ne figurent pas sur HippoVino.

    On savait que le vin n’est pas une invention récente, mais une découverte publiée récemment par des archéologues américains indique qu’on produisait déjà du vin dans le Caucase 6000 ans avant Jésus-Christ. Les chercheurs ont analysé des cruches de terre cuite provenant d’un site au sud de Tbilissi. Ils y ont trouvé des traces des acides tartrique, malique, succinique et citrique, une composition caractéristique du vin.

    Le record des ventes aux enchères pour une bouteille de vin de 750 ml vient d’être fracassé dans une vente de charité tenue le 4 novembre dernier à la Nouvelle Orléans. C’est une cuvée spéciale produite en hommage à l’agent d’acteurs Shep Gordon par le winemaker des stars hollywoodienne, Jesse Katz. Après avoir travaillé dans de grands vignobles californiens, ce fils d’un artiste renommé a créé Devil Proof Vineyards et s’est spécialisé dans les cuvées spécifiques au nom d’une personnalité. La bouteille créée pour le mariage de JustinTimberlake avait consacré son approche, cette vente va lui donner encore plus d’écho.

    Quel que soit le modèle ou la marque de verre à vin qui contient votre précieux nectar, il se doit de bénéficier d’une qualité commune, la propreté ! Oui, c’est tout simple et dans un monde idéal, cela va sans dire, mais dans la réalité, une étude britannique a montré que 94% des consommateurs se sont déjà fait servir une boisson dans un verre sale

    Avant de jeter la pierre aux restaurateurs et tenanciers de bar, il faut reconnaître que des incidents isolés peuvent se produire. D’ailleurs cette même étude montre que les consommateurs le reconnaissent, mais dans 70% des cas il n’y a pas de pardon qui tienne et ils ne remettront plus les pieds dans l’établissement fautif.

    Au Québec, fin octobre et début novembre c’est la période des salons de vin. On commence par le salon des vins d’importation privée, le Raspipav, dont la 10ème édition aura lieu les 28, 29 et 30 octobre à Montréal et le 31 octobre à Québec. Plus de 150 vignerons devraient être présents pour vous faire goûter leurs meilleures cuvées.

    Les jours suivants, plus précisément les 2,3 et 4 novembre, ce sera la Grande Dégustation de Montréal à la Place Bonaventure. On nous promet 188 producteurs et 1100 produits (vins et autres alcools) à déguster. 450 d’entre eux sont en vente à la SAQ et les 650 autres sont des importations privées.