HippoVino Hebdo

Voici les éditions précédentes de l'infolettre HippoVino Hebdo. Les vins et les infos vineuses de la semaine.

Inscrivez-vous pour recevoir HippoVino Hebdo chaque mercredi, c'est gratuit !

Twitter

Facebook

    Cette Journée internationale des femmes est un bon moment pour célébrer la fin du sexisme dans un monde du vin qui fut longtemps un refuge machiste. Certes, cela ne signifie pas la fin de tout comportement sexiste, mais on trouve désormais des femmes dans toutes les sphères d’activité reliées au jus de raisin fermenté.

    Il y a des femmes propriétaires de vignobles, des vigneronnes, des œnologues, des sommelières, bref des femmes dans toutes les professions de la chaîne viticole. Non seulement elles sont là, mais elles y réussissent tout aussi bien que leurs collègues masculins. Bravo mesdames, on apprécie chaque jour votre contribution.

    Quand on lit sur le vin, on peut facilement distinguer deux visions radicalement opposées. Certains voient la production du vin comme un travail scientifique et vont vous parler chiffres, analyses et technologies. D’autres projettent une vision qu’on peut qualifier de bucolique ou romantique, où le pied de vigne est un être vivant au comportement quasi humain et le goût du vin influencé par les astres.

    Vous avez peut-être entendu parler de vin végétalien ou vegan. C’est une notion surprenante au premier abord car le vin est par définition une substance d’origine végétale. On se demande donc pourquoi TOUS les vins ne sont pas végétaliens.

    C’est simplement parce que pour le clarifier avant de le mettre en bouteille, la phase appelée collage du vin, on utilise souvent des produits d’origine animale comme des blancs d’œufs ou des farines de poisson. Les mentions « contient des œufs ou du poisson » apparaissent d’ailleurs sur les bouteilles afin de prévenir les personnes allergiques à ces substances, même si celles-ci ne sont présentes qu’à l’état de traces.

    Pour la troisième fois depuis le mois de novembre, le monopole d’état québécois a diminué le prix de ses 1600 vins les plus courants. Avec cette baisse de 50 cents, ces vins sont 1.40 $ moins chers qu’au début de l’automne. L’objectif de parité avec les prix pratiqués à la LCBO, le monopole ontarien, est maintenant fortement réduit ou pratiquement atteint. Une bonne nouvelle pour les consommateurs québécois.

    Comme il avait été précisé lors de la première annonce, ces diminutions correspondent à des diminutions des coûts d’opération et sont, par conséquent, associées à des réductions de personnel. Ces dernières sont bien entendu dénoncées par les syndicats d’employés. Il fallait pourtant s’y attendre puisque les analyses externes avaient montré que la SAQ avait en proportion plus d’employés que son pendant de l’Ontario.

    Le 14 février est un incontournable pour les restaurants, les commerces de détail et bien entendu pour toutes les personnes en couple. Quels vins choisir pour souligner cette occasion? Ma recommandation est de commencer par demander à votre conjoint(e) ce qu’il souhaite boire. S’il ou elle décide de vous retourner la balle, voici quelques pistes pour vous guider.

    Cette semaine c’était le salon Millésime bio à Marseille. C’est aussi l’occasion de publier des données plus à jour sur ce mode de production. On a donc appris qu’en 2015 il y avait en France 5176 vignobles bio représentant 68 565 hectares de vignes. La croissance des ventes en grande distribution a atteint 14 % en 2016 alors que ce n’est pas le marché traditionnel pour ce type de vin.